Vous êtes ici : ReferNet France | Actualités

Actualités

Les 25 candidats français aux EuroSkills reçus au ministère du Travail

Muriel Pénicaud a souhaité « bonne chance aux champions qui défendront nos couleurs aux EuroSkills, une compétition qui permet aux jeunes d’exceller dans leur métier ». Elle accueillait le 3 juillet dans les jardins de son ministère vingt-cinq jeunes, sur les vingt-sept que compte l’équipe de France, déterminés à gagner de nombreuses médailles lors de la compétition internationale qui se tiendra à Budapest du 26 au 28 septembre prochain. Les Olympiades des métiers, compétition internationale où des jeunes de moins de 23 ans se mesurent dans des épreuves exemplaires de leurs secteurs d’activité, sont organisées en alternance au niveau mondial et au niveau européen.

« Bâtir une Europe meilleure »

En compagnie de Dita Traidas, présidente de WorldSkills Europe et de Michel Guisembert, président de WorldSkills France, la ministre a rappelé les valeurs de la compétition : « engagement, confiance dans l’être humain, ouverture aux autres pour bâtir une Europe et un monde meilleurs ». Dans une « Europe traversée de soubresauts », Muriel Pénicaud a présenté les EuroSkills comme «  non seulement formidables, mais essentiels », car ils donnent un sens au projet européen et au « vivre ensemble ».

Elle a précisé que son projet de loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », discuté à l’Assemblée national, portait l’ambition d’une plus grande ouverture : Erasmus Pro devrait profiter plus aux apprentis, pour des périodes plus longues, qui pourraient être reconnues dans les curriculum.

Dita Traidas a rappelé que ce dixième anniversaire des EuroSkills permettra de «  mesurer les progrès réalisés en matière de compétences et de métiers  » tout en inscrivant la compétition dans un sens politique : « du succès de la jeunesse dépend le futur de l’Europe ».

« Passion et détermination »

Michel Guisembert a résumé le parcours de ces jeunes, depuis leur orientation souvent liée à une « inadéquation avec le système scolaire » et maintenant : « courage, travail, doutes, échec, rencontres, mais aussi amour, transmission entre ceux qui savent et ceux qui veulent apprendre ». Soulignant leur « passion et leur détermination malgré leur jeune âge », il a souhaité que les jeunes réalisent une « belle moisson de médailles ». Enfin, il a appelé à soutenir cette équipe, dans le contexte de la candidature française à l’organisation de la compétition mondiale en 2023. Soutien financier, médiatique et politique pour « gagner et regarder l’avenir avec confiance ».

Sous un soleil de plomb, dans leur costume bleu marine, les vingt-cinq jeunes (dont deux filles) accueillent ces encouragements avec sérénité. Entourant la ministre, ils entonnent leur chant de guerre : « Performance, excellence, nous sommes la famille WorldSkills France. » Dix d’entre eux représentent les métiers du BTP (qui avait rapporté huit médailles à la France lors des précédents EuroSkills), huit l’industrie. À Göteborg en 2016, la France avait remporté 18 médailles.

EuroSkills  :
600 compétiteurs
28 pays
37 métiers (25 présentés par la France)
3 jours

Mis en ligne le 4 juillet 2018 sur Le quotidien de la formation